Le contenu transparent de qualité gagne!

La publicité traditionnelle perd constamment de son lustre et de son influence. Les téléspectateurs « zappent », les publicités des journaux sont de moins en moins présentes et lues et, dites-moi : qui se souvient du dernier commercial entendu à la radio ? Les consommateurs sont tout de même envahis de publicités et ce même si leur cerveau n’est plus capable d’en absorber. Ce qui est ainsi le plus étrange : les entreprises continuent sans cesse de nous bombarder de toutes parts et de multiples façons. Elles jouent tour à tour sur la fréquence, la longueur et le tape à l’œil de leurs publicités mais rien n’y fait : les gens les écoutent et les regardent de moins en moins.

 

Pourtant, une raison fort simple explique ce désenchantement : le manque cruel de contenu de qualité. N’en doutez point : les consommateurs continuent d’aimer les nouveaux vêtements, les nouvelles voitures, les avancées technologiques : cela n’a pas changé et continuera d’être. Toutefois, les gens veulent maintenant se faire séduire et de la nouvelle façon : soit par la qualité et la transparence de contenu engageant.

 

Finis les arguments trompeurs des vendeurs d’automobiles, les publicités tapageuses des vendeurs de meubles et les frais cachés des agences de voyages : le nouveau consommateur désire tout savoir rapidement, simplement et franchement à l’aide de mots intelligents auxquels est juxtaposée une image ou une courte vidéo engageante. Le « monde » veut une information complète, livrée simplement et avec doigté.

 

Dans cet univers d’infobésité en profonde transformation, le contenu engageant et franc est donc devenu et demeurera roi. Voilà pourquoi les sociétés qui ne sont toujours pas transparentes finissent par le payer très cher. Volkswagen est ainsi un exemple, parmi tant d’autres, d’entreprises qui n’ont pas compris la nouvelle dynamique de la consommation. Qui plus est et, dans un tout autre domaine, bien des journalistes et médias continuent de déformer et de cacher l’information et, devinez quoi, leur lectorat et influence périclitent. Cela est pourtant simple et, quitte à se répéter, le nouveau consommateur, qu’il regarde ou lise, n’accepte plus d’être berné.

 

Il est donc évident que les bonnes vieilles tactiques d’attente, de cachette, de tromperie et d’omission de l’information disponible ne fonctionnent plus. Ceux et celles qui font toujours la sourde oreille en ne changeant pas leurs vieilles façons de faire oublient que l’influence a changé de main. En effet, le pouvoir décisionnel est maintenant dans les mains des consommateurs clients, ces derniers qui ont maintenant largement accès à la diffusion publique et instantanée de leur insatisfaction via les réseaux sociaux. Vous êtes en affaires ? Vous êtes journaliste ? Essayez maintenant de continuer de jouer avec la vérité ? Vous en paierez rapidement le prix car le nouveau consommateur de biens et de nouvelles s’en souviendra et le fera savoir à votre détriment et à grande échelle : que vous le vouliez ou non.

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *